» » » Article – Toile orientale – Oum Kalthoum

Article – Toile orientale – Oum Kalthoum

La toile orientale Oum Kalthoum

L’article “toile orientale Oum Kalthoum” présente ce tableau très pop. C’est une pièce unique existant en 2 tailles, 60 sur 60 cm et 80 sur 80 cm. Son grand format fera de cette pièce l’élément central de votre décoration murale. Le sujet de ce tableau déco met à l’honneur l’une des plus grandes artiste du monde arable, “Oum Kalthoum”.

La thématique

Cette série de toiles déco met à l’honneur les anonymes autant que les célébrités du monde arabe. En effet la culture orientale est riche en célébrités qui ont marqué l’histoire. Cela aussi bien politiquement qu’artistiquement parlant. Donc les amoureux de ces personnes célèbres seront heureux de voir en ces tableaux représentés le visage de ces entités, ces artistes qui ont pu marquer leur vie. N’oublions pas non plus tous ces anonymes,  ces personnes qui au fil de nos voyages nous ont marqué. Donc cette série est dédiée à toutes ces personnes que nous avons pu rencontrer et qui ont figé des instants de notre existence.

Oum Kalthoum

Surnommée l’« Astre d’Orient », elle est considérée, quarante ans après sa mort, comme la plus grande chanteuse du monde arabe. Son engagement dans des œuvres caritatives lui valut le surnom de « cantatrice du peuple ». Ajoutons que le traitement graphique façon “Andy Warhol” donne une dimension très actuelle à la “toile orientale Oum Kalthoum”. Ainsi ses coloris “POP”, francs et marqués ne manqueront pas de donner à votre pièce un brun de gaieté. D’autres toiles déco dans la même thématique sont également à voir en cliquant su cet lien : “Tableau oriental personnage”.

Le commencement

Oum Kalthoum nait le 21 décembre 1898 à Tmaïe El Zahayira en Égypte, dans une famille pauvre de trois enfants. Sa sœur aînée Sayyida est alors âgée de dix ans et son frère Khalid d’un an. Sa mère, Fatma al-Malījī, est femme au foyer et son père, al-Shaykh Ibrāhīim al-Sayyid al-Baltājī, est imam. Afin d’augmenter les revenus de la famille, il interprète régulièrement des chants religieux lors de mariages ou de diverses cérémonies dans son village et aux alentours. La famille vit dans la petite ville d’al-Sinbillawayn, dans le delta du Nil.

C’est en écoutant son père enseigner le chant à son frère aîné qu’Oum Kalthoum apprit à chanter certaines chansons par cœur. Lorsque son père se rendit compte de la puissance de sa voix, il lui demanda de se joindre aux leçons. Très jeune, la petite fille montra des talents de chanteuse exceptionnels, au point qu’à dix ans, son père la fit entrer — déguisée en garçon — dans la petite troupe de cheikhs qu’il dirige pour y chanter durant les Mawlid et d’autres fêtes religieuses. À seize ans, elle fut remarquée par un chanteur alors très célèbre, Cheikh Abou El Ala Mohamed. Elle attendra d’avoir atteint l’âge de seize ans pour répondre à l’invitation, et pour se produire. Toujours habillée en garçon elle fuyait soigneusement toute mondanité.